Les deux génies (1ère partie)

Consigne
Lis le texte. Tu peux le lire à l'écran ou demander à un adulte si tu peux l'imprimer. Ensuite, choisis la bonne réponse pour chaque question. Les questions sont présentées dans l'ordre chronologique. Tu peux parcourir le texte pour répondre.
Tu peux t'aider d'un dictionnaire et d'un Bescherelle.
Lorsque tu as terminé, clique sur «exercice suivant» pour lire la suite de cette histoire.

Titre: Les deux génies (première partie)
Auteur: Dana et Milada Stovickova
Source: Contes du Tibet : et d'autres pays d'Extrême-Orient
Télécharger le texte à imprimer

Les deux génies

Bien haut dans la montagne, là où ne parvient pas l'écho de la voix humaine, il y a très longtemps, se trouvait un petit temple fait de poutres de bois à moitié pourries et qui abritait un puissant esprit, le génie de la montagne. C'était un esprit orgueilleux. Ah! comme il aimait se moquer de son "collègue", celui d'en bas, le génie gardien de la ville. L'esprit de la montagne aimait briller auprès de lui et même aussi le vexer.
A son anniversaire, tout au long du jour, les gens des alentours lui apportèrent leurs offrandes: toutes sortes de bonnes choses à manger dignes d'un grand seigneur. L'esprit de la montagne décida alors d'inviter son "ami" pour lui faire voir les magnifiques présents qu'il avait reçus.
"Quand il verra comment les gens me soignent, songeait-il, il en pâlira de jalousie! "
L'autre, en arrivant, sentait déjà de loin la bonne odeur de toutes les sucreries et la fumée de l'encens. Il pénétra dans le temple et vit son rival vautré au milieu de toutes ces bonnes choses. Le génie de la montagne faisait le blasé tandis que celui de la ville n'arrivait pas à formuler ses salutations, tant la salive lui inondait la bouche.
- Je ne sais pas ce qu'ils ont, ces gens, disait le génie de la montagne, faisant semblant de ne pas entendre gargouiller le ventre de son invité. Ils arrivent toujours en grand nombre et se mettent à prier: " Esprit par-ci, Esprit par-là, Bon Génie, aide-moi ; délivre-moi de mes ennuis ; fais que ma récolte de riz soit meilleure ; jette un sort à la vache de mon voisin." C'est pareil chaque fois. Bien sûr, pour cela, ils m'apportent toujours quelque chose, mais pour te dire la vérité, poursuivit l'Esprit de la montagne d'un ton dégoûté, moi j'en ai assez de tous ces gâteaux au miel, je suis lassé de cette fumée d'encens qui commence à me faire tourner le coeur. Et il se mit à tousser avec affectation.